Approbation du PLUI en Conseil métropolitain : les Rennaises et les Rennais avaient le droit d’être entendus, les élus ont le devoir de les écouter

Le PLUI a été approuvé par le Conseil métropolitain ce jeudi 19 décembre est le fruit de quatre années d’un travail politique et technique mené par de nombreux élus métropolitains et les services de la collectivité. Il doit redessiner notre ville et notre agglomération pour les décennies à venir.

Pour ce que concerne Rennes, le PLUI va pourtant le faire dans un sens préjudiciable à la qualité de vie des Rennaises et des Rennais : densification systématique des terrains non bâtis, choix péremptoire d’un urbanisme dense et vertical en rupture avec le gabarit préexistant dans les quartiers, disparition annoncée d’éléments patrimoniaux bâtis historiques, industriels ou végétaux…

Répondre aux besoins en logement des habitants en place comme à ceux qui viennent s’installer dans notre ville est une nécessité mais il y a d’autres manières de faire. “ Dans ces circonstances graves, je réitère notre attachement indéfectible à la préservation du patrimoine historique et de la nature en ville ”, insiste Antoine Cressard, élu au Conseil métropolitain et colistier de Carole Gandon.

De plus, et contrairement à la qualité des échanges conduits avec les habitants d’autres communes de la métropole, la ville de Rennes s’est, malheureusement à nouveau, illustrée par un déficit de concertation.

A Rennes, un terme doit être mis à la pratique d’une concertation de façade avec des riverains pourtant ouverts au dialogue. Comme Maire, je proposerai de redéfinir le PLUI à Rennes pour qu’il se base sur ce qui a été fait sur toutes les autres communes, dans la proximité et l’écoute.

De la même façon, la décision prise par l’équipe socialiste sortante en Conseil municipal du 9 décembre en faveur d’un projet élaboré en dehors de toute concertation citoyenne sur le Palais du commerce, est tout aussi regrettable. “Je propose de remettre à plat les contours de ce projet du Palais du commerce en y associant les actuelles parties prenantes, mais aussi, tout naturellement, les Rennaises et les Rennais eux mêmes” insiste Carole Gandon.

Plus globalement, il nous faut changer de méthode. S’il est de la responsabilité des élus de mettre en œuvre efficacement les mesures pour lesquelles ils ont été élus, les projets nouveaux, émergeant en cours de mandat et impactant des lieux emblématiques de la ville, méritent de faire l’objet de débats citoyens associant pleinement les habitants et les usagers en amont des décisions.