La qualité des eaux du Pays de Rennes : dépendants et fragiles !

30 janvier 2020 Communiqués, Presse

A l’invitation de Thierry Burlot, vice-président de la Région Bretagne, chargé de l’environnement, de l’eau, de la biodiversité et du climat et organisateur de cette manifestation, Carole Gandon, tête de liste de Révéler Rennes aux élections municipales était présente au Carrefour des gestions locales de l’eau. 

A cette occasion, Carole Gandon a échangé avec Thierry Burlot sur les questions de l’eau à Rennes et dans sa métropole. Il a notamment développé : « On a eu une dégradation de la qualité des eaux en Ille et Vilaine. On a longtemps pensé qu’on pouvait développer l’activité économique sans se soucier du bien-être environnemental. Pire, on a fait quelque peu l’autruche, en pensant que ces questions de qualité de l’eau étaient l’apanage du Finistère et des Côtes d’Armor avec les algues vertes, avec des rivières et des sols dégradés par les pesticides et les nitrates. Il a fallu prendre des mesures, ce qu’on a fait. La Bretagne est maintenant en train de devenir exemplaire dans la reconquête de la qualité de l’eau. Mais cela se dégrade en Ille et Vilaine qui a pris du retard sur ce sujet. »

Pour Carole Gandon : « L’eau est un bon indicateur de l’état des territoires : si l’eau est dégradée, la santé est dégradée. Avec Thierry Burlot, je milite pour une Bretagne totalement verte, qui concilie économie et écologie. Il va falloir tout reprendre à zéro : qu’on sache d’où vient l’eau et qu’on l’économise. Il faut qu’on soit tous vertueux : collectivités, industriels, agriculteurs… Les territoires qui se développeront demain seront ceux qui sauront gérer la ressource en eau. En la matière, le pays de Rennes ne vit que par l’eau qu’il capte ailleurs. Nous sommes fragiles et dépendants ! »

Plus l’eau est naturelle, filtrée par le sol et préservée, moins elle coûte. C’est pourquoi, dans notre programme, nous proposons notamment :

  • Planter, ou aider à planter, un arbre pour chaque nouvel arrivant rennais.
  • Multiplier les espaces verts de proximité pour désimperméabiliser les sols, lancer un plan de végétalisation des parkings et des cours d’école et encourager la végétalisation des murs et des abords des maisons des particuliers.
  • Créer des plans d’eau et des fontaines en privilégiant la réutilisation des eaux de pluie.
  • Améliorer la qualité des eaux superficielles (canal d’Ille-et-Rance, La Vilaine…), valoriser les abords et lutter contre les phénomènes d’eutrophisation des eaux.

Carole Gandon a conclu sa visite en disant : « L’eau est une vraie richesse, un bien commun. La majorité sortante, écologiste et socialiste, a un bilan qui est un passif. Il nous faut résolument considérer l’eau comme l’indicateur de qualité de l’environnement à Rennes. Ce n’est pas d’un miroir d’eau ou d’un miroir des vanités dont nous avons besoin, mais d’une stratégie de reconquête de court, moyen et long terme ! ».