Transports : transformer le quotidien des Rennais et préparer l’avenir de notre métropole

A la suite du débat intervenu jeudi soir en Conseil métropolitain, notre candidate aux élections municipales Carole Gandon, dévoile ses solutions pour améliorer les transports de la métropole Rennaise.

Ce plan transports est à la fois intermodal, durable et équitable. Il ambitionne de projeter les investissements nécessaires sur un temps long, tout en apportant des solutions de court terme aux Rennaises et aux Rennais qui souffrent de l’engorgement croissant de la rocade et des axes de circulation.

En 2040, la métropole rennaise comptera près de 600 000 habitants selon les projections de l’INSEE. “La responsabilité des élus est de préparer l’avenir des habitants d’aujourd’hui mais aussi de leurs enfants et petits-enfants. Il faut faire preuve d’audace!” indique Carole Gandon, qui tient aussi à souligner que l’ensemble de ses propositions doivent faire l’objet d’un débat avec les maires et les candidats aux élections municipales des autres communes de la métropole. “Nous devons adopter une démarche collective, qui part du besoin des habitants.”

Notre plan transports s’articule autour de 3 piliers :

Premier pilier : des solutions d’intermodalité.

Pour assurer à nos habitants une offre de transports cohérente et fluide sur l’ensemble du réseau métropolitain, Carole GANDON propose :

  • de faire sortir les lignes A et B de la rocade (coût estimé 1.5 Mds €)
    Les lignes actuelles du métro pourraient ainsi être prolongées, par des tronçons semi-couverts et aériens, vers le Sud jusqu’à Ker Lann en passant par l’aéroport et le Parc des Expositions de Saint-Jacques, vers le Nord au delà de Via Silva (vers Thorigné Fouillard et Acigné) et à l’Ouest jusqu’à Pacé.Ce choix du métro s’inscrit dans la continuité et en cohérence avec les choix historiques et avant-gardistes effectués par Rennes, par le passé. Ce mode de transport, plébiscité par tous aujourd’hui, est vertueux car il permet d’éviter les ruptures de charge dont il est prouvé qu’elles dégradent considérablement l’efficacité des transports en commun.
  • d’étudier la mise en place d’une ligne de bus propre, efficace et régulière, permettant de relier les communes de la première couronne selon un tracé circulaire, sur les routes existantes, pour éviter les déplacements contraints en direction de Rennes.
  • de créer 5.000 nouvelles places de stationnement en périphérie de ville grâce à de nouveaux parkings relais et en renforçant ceux existants.

Cette infrastructure globale (bus circulaire + métro) serait reliée au réseau routier via 7 points d’interconnexion avec les principaux axes extérieurs : Ker Lann (Redon), Pacé (Saint Brieuc et Brest), zone Edonia à Saint-Grégoire (St Malo), Thorigné-Fouillard (Caën), Cesson (Paris), Vern sur Seiche (Angers) et Chartres de Bretagne (Nantes). L’objectif : encourager les automobilistes à basculer sur le réseau des transports en commun avant leur arrivée sur la rocade de Rennes.

2ème pilier : des solutions durables

Des innovations doivent être mises en oeuvre comme :

  • la création de navettes fluviales publiques.
    Ces “bateau bus” pourraient être intégrés au réseau Star et s’articuleraient autour des 2 axes allant de Cesson vers le Théâtre National de Bretagne, et de la place de Bretagne jusqu’au Stade rennais.
  • des bus à hydrogène :
    Chacun des bus diesel du réseau Star émet 80 g de CO2 par kilomètre et par personne. Ils parcourent 20 millions de km par an. Et, malgré cela, aujourd’hui encore, la quasi totalité de nos bus roulent encore au diesel sans qu’un retour d’expérience précis ait été effectué sur l’expérimentation des bus électriques. Comme Pau ou Strasbourg, Rennes pourrait tester la solution hydrogène et encourager le développement d’une véritable filière industrielle d’hydrogène propre en Bretagne.
  • la rémunération de covoitureurs, limitée à 2 tickets par jour.
  • la réalisation d’une voie express vélo sur 150 km pour développer les mobilités actives et veiller à la sécurisation des cyclistes.
  • l’avènement d’une “métropole intelligente”.
    Grâce à notre remarquable écosystème numérique, nous avons tous les atouts pour produire une offre de mobilité intelligente, durable et optimisée. Il faut dépasser le stade expérimental pour faire de Rennes une métropole connectée.

3ème pilier : une offre équitable.

  • Annoncer la généralisation de la gratuité des transports publics est une fausse bonne idée. Nous proposons de rendre plus juste la grille tarifaire actuelle en rendant la tarification solidaire accessible à tous les étudiants, boursiers ou non.
  • Une gratuité occasionnelle doit également être étudiée, les jours de pics de pollution ou encore pendant les fêtes, ce qui aurait pour effet de dynamiser les commerces du centre-ville.