Résumé :

Face à la crise, les jeunes ont été particulièrement touchés, parfois isolés, ayant perdu leur job, seuls face à la poursuite de leurs études. Notre vision concernant la politique municipale après la crise est donc primordiale, car les étudiants sont nombreux à Rennes, font partie prenante de sa vie économique et ont besoin du réconfort de la ville pour poursuivre avec confiance leurs études, mais aussi envisager leur avenir d’actifs, ici.

Cette note analytique résulte d’une consultation réalisée auprès de l’ensemble des Jeunes avec Macron d’Ille-et-Vilaine. Elle présente un certain nombre de propositions, portées par les quatre colistiers JAM figurant sur la liste Révéler Rennes, menée par Carole GANDON, à savoir Margaux DUPLAIX, Antoine ESNEAULT, Cécile FALLOURD, et Aurélien SARROSQUY. Ces propositions viennent s’ajouter à celles que nous avons déjà formulées il y a deux semaines[1].

[1] https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-les-jeunes-avec-macron-demandent-les-transports-gratuits-pour-les-moins-de-25-ans-6838943

Les grands axes de priorité de la jeunesse rennaise

1. Mal logement, précarité étudiante

Chaque année, en septembre, plusieurs milliers d’étudiants s’installent à Rennes. Si certains ont eu la possibilité de trouver dès l’été un logement, d’autres prennent place dans des campings ou dans les logements restés vacants au Crous, bien souvent les plus délabrés. A cette tension concernant le logement, qui concerne les étudiants les plus précaires, s’ajoute le coût  des transports. Cette problématique est particulièrement sensible à Rennes, puisqu’elle accueille un nombre d’étudiants boursiers supérieur à la moyenne nationale.

La précarité est aussi sociale : un soutien et une écoute à destination des jeunes LGBT et aux jeunes en situation de handicap sont fondamentaux pour rompre leur isolement, isolement subi de plein fouet pendant le confinement.

2. Emplois et stages, visibilité des jeunes actifs

Il parait indispensable de ne pas réduire la jeunesse aux seuls étudiants du supérieur.  Il est primordial de penser aux jeunes issus de bacs pro, de CAP et de BEP dans le débat public. En effet, ils sont souvent plus touchés par le chômage ou la précarité, d’autant plus en situation de crise.

Il apparaît donc nécessaire de diversifier l’accès aux offres d’emplois et de stages à Rennes. Ces réseaux d’informations doivent être accessibles à tous, et non pas seulement captés par les étudiants des grandes écoles. De plus, certains quartiers rennais devraient être plus attractifs, pour permettre aux employeurs de pourvoir leurs offres d’emploi vacantes avec de jeunes actifs.

3. Education, culture, municipalité

Grandes écoles et classes préparatoires rennaises sont parfois méconnues, rendant leur accès difficile, notamment pour les étudiants précaires.

Ce symptôme est également visible concernant le manque de publicité de l’offre culturelle rennaise (festival, concerts, musées…). Bien que celle-ci ne fasse pas partie des priorités en ce début de déconfinement, la jeunesse déplore l’annulation de tous types d’évènements festifs. Il est désormais essentiel de développer une offre culturelle variée,  qui ne se résume pas à de grands évènements.

Sur ce thème, comme sur l’ensemble des dossiers municipaux dont la jeunesse est partie prenante, il conviendrait d’associer les jeunes aux décisions.

Mais aussi…

Solidarité étudiante et présence des jeunes dans les associations

Les étudiants sont majoritairement impliqués dans des réseaux, notamment inter-promotions, et des associations étudiantes, s’organisant et se coordonnant sur les réseaux sociaux. Cependant, un réseau de solidarité globale, une plateforme rennaise de l’engagement dédiée aux jeunes, pourrait être mis en place, sans que cela n’empiète sur le domaine de compétences des universités. Cette plateforme permettrait de renforcer la présence, nécessaire, de la jeunesse au sein des associations, et de mettre en avant le passeport jeune bénévole. En effet, de nombreux jeunes souhaitent s’engager depuis le début de la crise sanitaire.

Apports au programme Révéler Rennes :

☞ Promouvoir les mesures sociales et celles luttant contre toutes les discriminations

☞ Détailler la proposition de fusion des universités Rennes 1 et Rennes 2 : développer l’apport concret du projet UNIR pour les étudiants

☞ Mettre en avant le projet d’ouverture d’une école de la deuxième chance : cibler et interpeller les jeunes actifs sur ce sujet afin de les intégrer pleinement à notre projet. L’inclusion de ces jeunes est primordiale au lendemain de la crise sanitaire, étant donné leur plus grande vulnérabilité face à la crise économique.

☞ Développer la proposition de lutte contre le mal logement à Rennes, afin de la rendre plus concrète et plus accessible

☞ Proposer l’élection d’un référent jeunesse dans chaque quartier de Rennes

Dynamique conjoncturelle :

– Étendre les tarifs étudiants à tous les jeunes : de nombreux jeunes rennais ne sont pas étudiants, mais tous les jeunes sont en situation de précarité jusqu’au 30 septembre

– Ouvrir la possibilité d’emprunter sans abonnement dans les médiathèques et bibliothèques municipales, sur présentation d’une carte étudiante ou d’une carte d’inscription à Pôle Emploi jusqu’au 30 septembre

– Soutenir la pratique sportive des jeunes en finançant le premier mois d’inscription dans une salle de sport jusqu’au 30 septembre

– Mettre en place la gratuité du titre de transport pour les -25 ans bénéficiant des bourses CROUS ou des APL, jusqu’au 30 septembre