Notre vision

Les récents évènements et manifestations doivent nous interroger sur les contours de la démocratie républicaine, le fonctionnement de nos institutions, les pratiques des élus et la place des citoyens au sein de l’action politique locale.

Est-il normal et souhaitable que sur le mandat écoulé, 5 élus rennais se partagent 34 mandats ? 

Est-il normal et souhaitable que, d’une mandature à l’autre, tel adjoint passe des sports à l’urbanisme, tel autre de la petite enfance à la gestion de l’eau ? 

Nous pensons que la vitalité démocratique exige que les responsabilités soient confiées en fonction des compétences et qu’il est bon que les élus gardent les deux pieds bien ancrés dans le réel, pour gouverner dans l’efficacité, l’indépendance et la proximité. 

Il existe plusieurs formes de démocratie vivante ou participative avec des exemples de réussite y compris en France. La participation à une décision peut prendre la forme d’une consultation, d’une concertation, d’une co-élaboration ou d’un référendum.

Initiative louable malgré son impact financier limité (16€/habitant), le budget participatif mené par la ville de Rennes apparaît comme le paroxysme de la démocratie participative dans notre ville, tandis que des choix urbains majeurs sont pris à rebours de la volonté du plus grand nombre. S’il a permis l’émergence de nouveaux projets, il a aussi parfois été utilisé pour financer des équipements qui étaient déjà prévus. De plus, il ne porte que sur les investissements, les réalisations, occultant ainsi les projets d’animation, de soutien à la vie locale, portés notamment par des associations ou des collectifs de citoyens, qui pourraient utilement être soutenus.

Il nous faut mettre en place un dialogue élus-citoyens constructif permettant d’impliquer les citoyens afin de recréer un engouement collectif de co-construction. Nous proposons  donc de bâtir une véritable démocratie vivante, une démocratie accessible à toutes et à tous, y compris pour les plus jeunes (à partir de 16 ans), aux résidents étrangers, aux personnes éloignées des décisions politiques.

Une nouvelle façon d’agir par et pour les habitants dans un nouveau pacte d’engagement.

Pour remettre les élus municipaux au service des citoyens, et les citoyens au coeur des choix municipaux. 

 

Nos propositions

Conformément à notre engagement pris pendant la campagne, nous mettrons en oeuvre les 6 propositions de l’ONG Transparency International :

1) Publier le montant cumulé de l’ensemble des indemnités perçues par les élus,
2) Mettre en oeuvre un plan de prévention de la corruption,
3) Publier les rencontres des décideurs publics locaux avec des lobbyistes sous forme d’agenda ouvert,
4) Mieux encadrer l’usage des frais de représentation des responsables d’exécutifs locaux et en assurer la transparence,
5) Mettre en oeuvre un registre public des déports,
6) Publier en « open data » des jeux de données et documents administratifs lisibles par les citoyens.

Mettre en place un rendez-vous annuel de la démocratie rennaise, au cours duquel auront lieu des votations citoyennes portant sur des projets impactant le quotidien des habitants. Toutes les personnes résidant à Rennes, quelle que soit leur nationalité, et âgées d’au moins 16 ans pourront voter et ainsi décider des grandes orientations des projets menés dans la ville.
Ouvrir une consultation citoyenne sur les usages des grands bâtiments patrimoniaux du centre-ville (Palais du Commerce, Palais St-Georges, Hôtel Pasteur, Hôtel Dieu, etc.) afin que les habitants et les commerçants soient associés au choix d’y implanter des commerces, des services.
Systématiser un droit d’interpellation, en début de chaque conseil municipal, aux porteurs de pétitions en ligne qui auront recueilli plus de 1 000 signatures, sur une page dédiée du site de la Ville, sous réserve que les sujets portent bien sur les compétences de la municipalité.
Organiser chaque mois une journée de visite de la Maire et de ses adjoints dans un quartier, pour aller à la rencontre des associations, commerçants et habitants et renouer avec la proximité.
Revisiter le rôle et le fonctionnement des instances de concertation à l’échelle des quartiers (conseil de quartier, conseil citoyen, Fabrique citoyenne). Les élus de quartier doivent annuellement réaliser une réunion, qui ne doit pas se contenter de rendre compte de ce qui a été fait, c’est un minimum qui a pourtant été rarement atteint. Mais il s’agit surtout d’annoncer par avance ce que la mairie envisage de faire sur ces quartiers et de lancer des processus de concertation. Combien d’immeubles de grande taille construits, d’arbres abattus, d’équipements publics réalisés sans que les habitants des quartiers ne soient associés ni prévenus ?
Maintenir le principe du budget participatif mais l’ouvrir à des projets structurants, veiller à soutenir le fonctionnement des projets et faire la transparence sur les critères de sélection.
Ouvrir une réflexion à l’échelle de la métropole sur un Budget participatif métropolitain.
Animer une véritable politique sur l’open data et favoriser le déploiement d’applications gratuites créées à partir de celles-ci.
Installer à l’échelle métropolitaine une conférence citoyenne du Climat adossée au Conseil de Développement du Pays de Rennes. Composée d’habitants sélectionnés pour leur intérêt et leurs compétences sur le climat et l’environnement, elle proposera des actions opérationnelles décarbonées.
En coordination avec le réseau de l’ANACEJ, créer un Conseil municipal des jeunes à Rennes sous le nom @AgoraJeunes pour promouvoir la participation des enfants et des jeunes à la décision publique et favoriser un esprit de concertation avec la jeunesse dans tous les quartiers. @AgoraJeunes pourra émettre un avis sur les décisions relevant de la politique de jeunesse ou toute autre politique et, le cas échéant, formuler des propositions. Les jeunes, âgés de 14 à 20 ans, au nombre de 61, seront tous scolarisés à Rennes ou habiteront Rennes.