Notre vision

Notre ville a presque tourné le dos à la Bretagne en se focalisant sur le dialogue avec Saint-Malo et en se tournant vers Paris.

La maire sortante, pourtant élue depuis plus de 18 ans est à peine connue des Bretonnes et des Bretons. Elle ne les estime guère et ils le lui rendent bien. Souvenons-nous qu’elle milita pour un Grand Ouest, fusion des Pays de la Loire et de la Bretagne quand Jean-Yves Le Drian obtint de préserver, au moins, notre Bretagne, même amputée de la Loire-Atlantique.

Lancée dans une forme de concurrence avec la Région Bretagne, l’équipe municipale sortante n’a pas compris que nous étions la porte d’entrée de la Bretagne, nous étions son phare avancé et que notre développement avait beaucoup à gagner à s’inspirer de cette identité bretonne, multiple et accueillante.

Nos propositions

Le rayonnement territorial de Rennes passe par une refonte en profondeur de la relation partenariale que la capitale de région entretient avec les communes de la métropole, le Pays de Rennes, l’ensemble de la région Bretagne, notamment de Brest, mais aussi avec Nantes. Rennes doit être conçu dans chaque aspect de ses politiques comme la capitale de la Bretagne et non comme une capitale dans la Bretagne.

Nous contribuerons, avec la Région Bretagne, à la mise en œuvre d’un schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire breton pour contribuer à rééquilibrer le développement, notamment économique, sur toute la Bretagne, à commencer par le Pays de Rennes.

Les embouteillages, tous les matins, les immeubles construits sans aucune cohérence, sont le signe de la surchauffe rennaise, mais aussi, voire surtout, de notre égoïsme territorial qui a amené à concentrer l’essentiel de l’activité à Rennes, plutôt que de la distribuer sur la métropole et sur la région..

Notre conviction est que la Bretagne peut redevenir à cinq départements si les habitants de Loire-Atlantique le souhaitent.

Concrètement, les 105 000 signatures récoltées auraient pu conduire le président du Conseil départemental de Loire-Atlantique à organiser une consultation (qui n’est pas un référendum), ce qui aurait permis d’éclairer cette question. Il en avait juridiquement la capacité. Toutefois, il a préféré se défaire de cette responsabilité et renvoyer cela à une loi nationale ou une décision de l’Exécutif.

Le préalable à une réunification, c’est effectivement que cette consultation soit organisée sur la seule Loire-Atlantique.

Si la réponse est négative au rattachement à la Bretagne, ce que nous ne souhaitons pas, cela mettrait un terme à cette question.

Si la réponse était positive, il reviendrait alors aux collectivités de Bretagne, des Pays de la Loire, au Parlement et au gouvernement, de s’organiser pour que cela puisse devenir une réalité.

Au-delà de cette question, nous sommes aussi investis dans le projet d’une Assemblée de Bretagne, fusion volontaire des conseils départementaux et du conseil régional, telle qu’elle avait été envisagée par Pierrick Massiot, Jean-Jacques Urvoas notamment et reprise aujourd’hui par Richard Ferrand et de nombreux députés bretons.

Rennes est capitale administrative de la Bretagne, mais la Bretagne doit être un sujet capital pour Rennes. Il ne s’agit pas d’imaginer des développements concurrents entre le Pays de Rennes et la Bretagne. Nous avons tant à gagner à agir ensemble.

C’est dans cette perspective que nous inscrivons notamment le projet d’une candidature de Rennes et de toute la Bretagne à devenir capitale européenne de la culture en 2028.

Reconfigurer « Destination Rennes ». L’idée est de proposer la destination Rennes, mais de l’inscrire dans une destination Bretagne. En cessant de jouer des concurrences stériles et onéreuses en argent public, mais en affirmant le lien indissoluble entre Rennes et la Bretagne.

Dans ce cadre, nous étudierons avec les offices ou agences départementales en charge du tourisme, comment les rendre visibles à Rennes, à l’aéroport et à la gare de Rennes.

« Bâtir un Pacte de développement de l’aéroport de Rennes avec la région Bretagne pour en faire un véritable équipement métropolitain d’envergure nationale ».

Les Rennaises et les Rennais doivent en effet pouvoir bénéficier d’un équipement de proximité, au services des entreprises du territoire et de nos habitants. Cet équipement majeur doit d’ailleurs pouvoir être connecté à notre métro et aux lignes de bus.

Dans ce cadre, nous nous engageons résolument en faveur d’un développement maîtrisé de l’aéroport de Rennes Saint Jacques. Le Pacte d’accessibilité et de mobilité signé en février 2019 entre l’Etat et la Région prévoit en effet que le développement de l’aéroport de Rennes est en enjeu d’intérêt national qui justifie l’engagement d’un schéma d’aménagement stratégique de la plateforme pour envisager un potentiel de 2 millions de passagers à l’horizon 2035.

Nous adopterons une stratégie en deux temps :

  • Dans le cadre de l’actuelle concession, nous proposerons à la Région Bretagne un Pacte de Développement en faveur de l’aéroport pour tisser un partenariat donnant / donnant qui permette à notre collectivité d’être pleinement associée aux orientations stratégiques qui seront nécessaires dans le cadre du Pacte d’accessibilité et de mobilité pour la Bretagne et, partant, de contribuer aux investissements à réaliser.
  • Au terme de l’actuelle concession (après 2024), la ville comme la Métropole auront intérêt à soutenir cet équipement et à prendre part à l’un des groupements candidats au renouvellement de la concession.
Rénover La Criée en food court régional. En 2017 la ville a invité les commerçants résidant à s’organiser afin de proposer des horaires étendus tout en modifiant le nom en  » La Criée – Marché central « . Tous les premiers dimanches du mois la cour intérieure et ouverte des Halles accueille le  » Marché à Manger  » qui consiste à proposer 14 à 16 stands et des grandes tables sont dressées pour consommer de façon conviviale ce qui est acheté. Il est proposé de faire réaliser des travaux en fermant la cour intérieure afin de pérenniser l’offre de bouche qualitative.

Véritable phénomène très apprécié le Marché à Manger attire parfois des milliers de rennais sur une seule journée lors de beaux jours. Mais en cas de mauvais temps ce type d’équipement n’est pas capable d’être suffisamment opérationnel. Il est dès lors envisagé de doter les Halles d’une toiture suffisamment respectueuse de l’environnement et permettant de conjuguer le moderne avec l’intérêt patrimonial tout en conservant sa destination d’origine. L’intérieur serait aménagé afin de créer des  » corners  » qui mettront la gastronomie rennaise et bretonne à l’honneur. L ‘aménagement devra être suffisamment design et ambitieux pour montrer l’audace renouvelée de Rennes, tout en maintenant une convivialité qui est partie intégrante de l’identité de notre territoire.