Notre vision

Rennes a été une capitale rock, une ville phare dans le domaine des musiques nouvelles. Les mandats d’Edmond Hervé et de Daniel Delaveau ont fait émerger de grandes institutions culturelles comme le Théâtre National de Bretagne, les Champs Libres, l’Orchestre Symphonique de Bretagne (récemment labellisé Orchestre National par le Ministre de la Culture), l’Opéra ou encore le FRAC Bretagne.

Or, si aujourd’hui, notre vie culturelle est caractérisée par un foisonnement artistique important, force est de constater que Rennes n’est pas positionnée sur les cartes de France et d’Europe comme une ville d’arts et de culture. Pour les Rennais eux-mêmes, comme pour les habitants de la métropole, l’offre existante manque de lisibilité et de diversité. Si nous sommes riches de nos festivals et de café-concerts, lesquels doivent d’ailleurs être protégés, il faut aussi défendre le développement d’une offre plus variée, touchant de nouveaux publics.

Hormis le festival Yaouank dédié aux musiques celtiques, on remarque l’absence d’un événement majeur, transdisciplinaire dédié aux cultures bretonnes contemporaines ce qui est le reflet d’une volonté politique. La fête de la Bretagne qui s’est déroulée du 17 au 26 mai dernier  dans les Cotes d’Armor dans le Finistère, à Bruz, à Nantes, à Paris, Singapour ou en Nouvelle Calédonie a peu été représentée à Rennes. La ville pourrait organiser une semaine aux couleurs de la Bretagne en lien avec les commerçant, les écoles, les associations, des festivités, avec des jeux, des visites, tout est possible !

La ville, capitale de la Bretagne, peut avoir l’ambition de porter des projets lui permettant de rayonner en France et ailleurs. Pour ce faire, il nous faut travailler main dans la main avec tous les acteurs culturels pour offrir la culture à tous les étages et dans tous les domaines. Décloisonner monde artistique et monde économique, conjuguer notre savoir-faire technologique et notre créativité artistique en valorisant les arts numériques sont aussi des pistes à explorer.

Depuis de trop nombreuses années, la prison Jacques Cartier est laissée à l’abandon par l’équipe PS sortante. C’est pourtant un équipement majeur pour la ville de Rennes et ses habitants, tant par son aspect architectural que par son histoire singulière. Nous avons pour ambition de nous réapproprier ces bâtiments publics emblématiques pour y créer un équipement culturel hybride, dédié à la créativité, au partage et à la transmission, avec un espace dédié aux arts numérique et au jeu vidéo.

La candidature de Rennes, aux côtés d’autres villes et villages de Bretagne, au label de Capitale Européenne de la Culture serait une formidable opportunité. Ce projet s’inscrit bien sûr dans le temps long puisque la France ne pourra accueillir une capitale Européenne de la Culture qu’en 2028. Les candidatures doivent être déposées 6 ans avant, soit en 2022. Si Rennes obtient ce label prestigieux, nous bénéficierons d’importants financements européens qui ouvrent des perspectives pour fédérer, mettre en valeur et accompagner les acteurs de la vie artistique et culturelle rennaise.

Enfin, la carte Sortir qui vient de fêter ses 10 ans est un dispositif qui a le mérite d’exister mais dont le mode d’accès peut être perçu comme stigmatisant. En effet, la demande doit en être faite au CCAS de sa commune.

Les activités ponctuelles les plus fréquentées sont le cinéma et la piscine. Il est donc dommage que les nombreux lieux culturels rennais ne soient pas davantage visités.

Sans doute en raison des modalités de fonctionnement : les places réservées  ne sont connues qu’au dernier moment et ce n’est pas évident de prévoir une sortie culturelle dans ces conditions, notamment quand il faut faire garder ses enfants.

Nos propositions

Préparer la candidature de Rennes et la Bretagne pour la Capitale européenne de la culture
Créer une application mobile recensant toute l’offre culturelle Rennaise et métropolitaine
Installer un kiosque de vente de billets de spectacles en coeur de ville
Bâtir sur le site de la Prison Jacques Cartier: un musée dédié à la Justice, selon l’idée originale portée par l’association Champs de Justice, ainsi qu’un espace culturel au croisement des arts et du numérique comprenant une Arena 5.0 du jeu vidéo. Dédié à la formation, la création et la diffusion, ce lieu hybride pourra aussi accueillir des compétitions de e-sport, des expositions immersives et des activités à destination du grand public.
Soutenir la création et la diffusion des arts et de la musique dans toutes leur diversité, en coordonnant l’offre développée par les différents acteurs publics, privés et associatifs.
Ouvrir de manière régulière (par exemple le premier week-end du mois) le Couvent des Jacobins à des manifestations artistiques, par et pour les Rennais.
Créer un « Bus des Sciences », adossé à l’Espace des Sciences des Champs Libres, pour organiser des animations dans les quartiers, à destination des enfants et des adultes et promouvoir la curiosité scientifique et le partage du savoir.
Rénover, redynamiser et mettre en valeur le musée des Beaux-Arts.
Soutenir les pratiques culturelles en amateur.
Optimiser le fonctionnement de la Carte Sortir